KikouBlog de Epytafe - Octobre 2008
Epytafe

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Octobre 2008

Epitaphe s'inscrit-il dans l'Histoire ?

Par Epytafe - 30-10-2008 12:11:46 - 4 commentaires

Le 26 octobre 1440, Gilles de Rais, compagnon d'arme de Jeanne d'Arc et premier serial-killer connu, probablement à la base du conte de Barbe-bleue, était brûlé et pendu, livré au bras séculier pour ses dizaines, voire centaines de meurtres d'enfants et brûlé à cause de ses messes noires. 476 ans plus tard, naissait François Mitterrand.

 

54 ans après la Force Tranquille, un Kikoureur poussait son premier cri. Fort d'un tel héritage historique, ce Kikoureur ne pouvait fêter son anniversaire qu'en alternant le sublime et la mesquinerie, l'élévation la plus pure et la bassesse la plus laide. Comment s'y est-il pris ?

 

 

 

Regardez par ici!

Voir les 4 commentaires

Lac, pluie et grossesse nerveuse...

Par Epytafe - 17-10-2008 17:45:48 - 8 commentaires

Sortie sous la pluie hier matin, au bord de mon lac, le lac Léman. Mon lac ? Oui, je n'ai pas la prétention de me croire propriétaire de cette grosse gouille, mais à force d'en arpenter les rives entre mon bled et Lausanne, je commence à bien le connaître ce petit bout de Léman. D'autant plus qu'il a beau être grand, il est parfois dur d'accès ce lac. Une loi prévoit que tout en chacun puisse y accèder au moins à pied, une bande d'un mètre cinquante...  Un ancien champion de F1 originaire d'outre-Rhin s'est établi il y a peu sur les rives de ce lac. Effectivement, il est tout à fait possible d'ouvrir les clotures pour pouvoir longer les rives, mais qui explique la loi aux deux molosses à la machoire estampillée Caterpillar qui patrouillent jours et nuits pour protéger la petite villa au 47 pièces du sieur ?

Bref, pouvoir courir le long du lac est un bonheur qu'il faut savourer, nous ne sommes pas à l'abri du prochain milliardaire, de la prochaine multinationale qui, alléché par les prestations fiscales de mon pays, viendrait améliorer l'urbanisme sylvestre à grands coups de bulldozer. Donc, c'estaffublé de mon buff aux couleurs bien connues que je pars défier les éléments en folie. Pour me donner du courage, l'album Land de la grande Pattie Smith à don'f dans les écoutilles et me voilà affrontant les flaques de boue à grandes foulées énergiques... 

A la sortie de mon bled, quelques pontons permettent d'accéder aux bateaux, sur l'un deux, deux cygnes couvent. couvent ? Oui, ils couvent un nid vide, le regard vague et l'air désespéré... Ces deux là, ça fait 2 ou 3 ans que je les ai repéré, toujours au même endroit. au printemps quand toute la faune à plume s'active pour fabriquer des nids, eux aussi y mettent du leur, travaillant amoureusement l'arrondi de leur building à grands coups de branchages divers. Puis, Madame (?) s'installe et commence le temps de couvaison.

Un jour, à la faveur d'un déplacement fortuit du popotin de la Belle, j'ai remarqué que le nid était vide, je me suis mis à les observer plus attentivement au fil de mes sorties ce qui m'a amené à remarquer que ces Messieurs Dames couvent durant trois mois, chaque printemps, puis vers l'été, ces deux âmes en peine traînent  au côté de leur nid tristement vide. Cette année, le temps de couvaison s'accroît dangereusement... Ces deux désespérés de la dispersion génétique ont-ils décidé de mener leur combat jusqu'au bout ? Difficile à dire. Parfois, je me demande ce qui les pousse à agir de la sorte. Disfonctionnement biologique ? Ou plutôt surfonctionnement biologique ? Sont-ils stériles ou suis-je en face d'un cas d'homosexualité aviaire ?

Je n'aurai jamais la réponse, je continue ma route avec une petite pensée méchante pour le Lutin : toi qui t'es attaqué au passionant sujet des Dames musiciennes, quand abandonneras-tu tes harpistes hippies pour te préoccuper de vraies Rockeuses ?

Voir les 8 commentaires

Shunga III et fin... Triste fin...

Par Epytafe - 16-10-2008 00:21:18 - 7 commentaires

Marrant ça, enfin, non, ce serait drôle si ce n’était triste. J’ai écrit les 2 premiers billets pensant les servir en introduction du troisième, de celui-ci que je voulais déjà être le dernier, qui terminerait une chronique qui te serait consacrée, mouton noir de Kikourou, vilain canard. Je voulais juste te présenter sous un autre jour, trouvant les réactions de certains Kikoureurs disproportionnées, exagérées. En plus, des bruits ont circulés, des histoires de MP qui te parviendraient en masse. Mais avant de terminer cette chronique avec le billet que je pensais pondre, une petite mise au point s’impose. Tout s’est précipité. Par ma faute peut-être ? tu n’as pas supporté d’être le héros de mes billets ? Pourtant tu as déjà été celui des billets de jihem sur les Terrils, billets autrement plus denses que mes chroniques shunguienne.

 

Tout allait bien pourtant, le premier billet a eu du succès, apprécié par beaucoup, certains me l’ont même dit en MP ou sur le chat. Présenter Shunga comme une sorte d’exagération n’était pas tout faux d’ailleurs. Puis il y a eu les com’…

 

Ton premier com’ était drôle, il allait bien dans le sens du Shunga victime d’une cabbale, d’une machination, poursuivi dans la nuit par d’affreux kikoureurs en mal de sang frais et d’organes génitaux disproportionnés arrachés lors d’atroces complots liberticides. Les suivants allaient dans le même sens, jusqu’au Dingo qui me traitait d’Hagiographe… Shunga devient saint… Pourtant, ce n’est pas moi qui ai prononcé le mot martyr… Ensuite, ton commentaire, celui qui traite tout le monde de naze… Tout le monde ? Le Dingo avec sa sortie sublime ? Jihem et Grandware ? Tes amis du Raid 28 ? Moi aussi donc… Sur le coup, j’ai pensé, espéré que tu avais un tant soit peu tutoyé Jack et que le lendemain je trouverais un MP qui me demanderait d’enlever ce truc… Oui Shunga, je t’aime bien, je continue d’ailleurs et si tu as vraiment quitté kikourou je te regrette déjà.

 

Je n’ai pas été le seul apparemment. Le boss himself est sorti de son silence pour commenter mon billet. Lui aussi regrettait la note finale que tu y as ajouté. J’aime bien cette déclaration de Voltaire ( ?) qui proclame : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ! Alors, fidèle à cette idée qui m’est chère, je ne t’ai pas censuré. Aurais-je du ? Je ne pense pas mais la question reste. Ensuite, cher Shung’ il y a eu cette triste surenchère à pourrir mon billet, MON billet… Dommage Shunga, ça m’a un peu agacé cette histoire… Pourquoi tous nous insulter ?

 

Voilà donc le sujet de mon troisième et dernier chapitre, je voulais aussi dire que le Shunga est un écrivain, pas un Shunga, LE Shunga, oui, celui de kikourou, celui qui peut pondre de si beaux billets sur son blog, celui qui peut intervenir avec humour et impertinence sur le forum. Ce Shunga là, pas un homonyme cette fois, a pondu un livre et m’en a fait cadeau, il y a quelques mois déjà, sur un coup de tête un matin alors que nous chations. Un beau livre ma foi, qui raconte un voyage, un tout petit voyage initiatique avec ses quêtes, ses questions et des réponses à la mesure de leur auteur… Un livre qui débute bien : « parce que mourir heureux c’est con… » en intro, c’est percutant ! Et la suite ne dément pas le début. Un livre que j’ai lu sans me forcer avec plaisir même. Juste un tout petit chapitre m’a un peu ennuyé, trop de lieux communs, d’idées reçues, indigne de toi en somme.

 

 

Quand je vois la peine que j’ai à pondre un billet sur Kikoublog, à terminer un CR qui soit à peu près lisible, j’imagine la somme d’effort nécessaire à la rédaction de tout un livre comme une belle métaphore de l’infini… Il est fort Shunga ! Un peu tête brûlée peut-être ? Et l’Shung’ Tu veux pas mettre un peu de ta fierté parfois pas tout bien placée dans ta poche et revenir ? Continuer à être impertinent et iconoclaste ?

Voir les 7 commentaires

Rectification historique!!!

Par Epytafe - 14-10-2008 18:44:32 - 2 commentaires

Mais que commémore le Morat-Fribourg ? Hobsbawn dans son livre nations et nationalisme nous raconte la nécessité nouvelle de créer un esprit patriotique suite à la disparition des rois. En effet, avant les soldats se battaient pour la figure de droit plus ou moins divin du roi, mais ensuite ? Comment persuader le peuple d’aller se faire massacrer sur les divers champs de bataille ? C’est là qu’a surgi la géniale idée du patriotisme et de son corolaire, le nationalisme. De même, Antoine Prost dans ses 12 leçons sur l’histoire démontre magistralement que la généralisation de l’enseignement de l’histoire a commencé en France, suivant les mêmes besoins : créer un sentiment d’unité nationale grâce aux mythes. Les Suisses ont inventés le barbu Guillaume Tell et les Français nos ancêtres les Gaulois et… et 1515 Marignan....

Plus de détaux PAR ICI !

Voir les 2 commentaires

Shunga II

Par Epytafe - 14-10-2008 16:18:49 - 7 commentaires

Merci donc pour vos lectures actives de mon billet concernant Shunga, plus communément appelé l’Shung’. Active car commentée bien sûr. Vos commentaires m’ont parfois un peu interloqués, le Dingo qui parle d’Hagiographie surtout. Non, restez assis et couvert, je ne suis point Jacques de Voragine et je ne militerai ni pour la béatification ni pour la canonisation du Shung’, quoique, si on donne au mot canoniser le sens de tirer au canon, je pense réunir un certain nombre de signatures sur kikourou…

 

Ces précisions faites, continuons donc un instant d’explorer le pseudo du réfractaire à la bisounoursification. Réfractaire, le Shung’ ne l’est pas uniquement au plussoyage (c’est fou le nombre de néologisme sur ce simple billet… faudra-t-il éditer un bouquin jaune genre l’Shung’ pour celui qui veut par Françoise Dolto ?), il l’est également au GSM. Ce qui le pose en marge, forcément. Comment lui envoyer un petit sms d’encouragement au départ des templiers par exemple ? Et huit heure après, comment lui envoyer un autre sms pour lui dire qu’il ne lui reste plus que 148 kilomètres et 285'639 mètres de D+ ?

 

Une fois que la bête aura bien été adoubé Bisounours en chef, qu’il aura enfin son monospace et qu’il partira en vacances dans la caravane contigüe à celle du Lutin, ce jour là il aura compris que le GSM ne sert pas uniquement au grand capital à le tracer… D’un autre côté, il passe sa journée sur le web, alors question traçabilité… Bref, il n’en est pas à un paradoxe près le gars, mais que celui qui n’accumule pas 15 ou 20 paradoxes minimum monte sur la cheminée, c’est la place des bibelots…

 

 

Bon, je m’égare, revenons donc au pseudo. Shunga, ce n’est pas uniquement une forme d’art érotique japonais, c’est également une ligne de produits, de produits supposés vous arracher de plus longs et plus forts orgasmes, vous amener à des hauteurs de voluptés jamais atteintes auparavant. Non, je n’ai aucunes participations dans cette ligne, je donne le lien juste à titre informatif. Si ça marche ? Je ne sais pas. Et d’ailleurs, la crédibilité du personnage est-elle liée à celle de ses produits ?

 

Voir les 7 commentaires

Shunga I

Par Epytafe - 13-10-2008 12:15:17 - 14 commentaires

Au milieu de la longue liste des membres de Kikourou, au milieu de ces plus de 10'000 membres se cache, pas très bien d'ailleurs, un kikoureur bruyant, un de ceux qui ne se contente pas de plussoyer (marrant, j'ai découvert ce néologisme sur kikourou, au début je le trouvais plutôt sympa...), un de ceux donc qui ne réponde pas "+1" ou "C'est bien vrai ça" aux divers inteventions joliment formatées du forum. Ce membre, qui incarne parfois à lui tout seul le mal absolu, j'ai nommé la tant honnie, la tant détestée la tellement crainte polémique (faut vraiment que j'écrive un billet, une ôde à cette polémique un jour), ce membre donc vous l'aurez deviné, c'est Shunga.

 

Il y a plusieurs manière de décrire un kikoureur. Il est plus facile de décrire un kikoureur qui plussoye qu'un kikoureur qui polémique (Victor). Il est égalment plus facile de décrire un Kikoureur rencontré qu'un kikoueur uniquement kikoureur. Regardez Grandware par exemple : Tout ceux qui l'ont rencontré le disent, c'est un gentil, alors qu'à lire ses postes, on pourrait penser que ce n'est qu'un affreux polémiste... Alors, c'est quoi un Shunga ? Wikipedia nous raconte que le Shunga c'est une gravure, une gravure japonaise érotique.  Sa traduction littérale en est "images du printemps", allusion explicite à la sexualité. Un des traits particuliers des Shunga est l'exagération de la taille des organes génitaux. Définitivement, l'exagération est un des traits dominant de Shunga...

 

Donc, pour résumé, Shunga est chez tout homme qui se respecte, tous ont quelques Shungas chez eux ou du moins ont prétendu en avoir!

 

Quoi ? Vous n'avez jamais dit à une charmante demoiselle en fin de soirée :

 

- Tu viens boire un dernier verre chez moi ? Je te monterai ma collection d'estampes japonaises...

 

Vous faites pas comme ça ? Vous draguez bizarrement en France...

Voir les 14 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 175878 visites