KikouBlog de Epytafe - Mars 2008
Epytafe

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Mars 2008

MDP – 6...

Par Epytafe - 31-03-2008 13:19:21 - 6 commentaires

Le décompte final est enclenché, les heures s'écoulent trop vite et la ligne du départ se rapproche, se rapproche, se rapproche...


Plus les jours passent, moins je me sens bien, confiant. Je me découvre des humeurs de jeunes filles moi qui me présentais à mes examens en sortant de club tellement j'étais confiant. Autres temps autre approche.


Je regarde la météo toutes les dix minutes sur le web, j'ai attaqué un régime spaghetti histoire de m'hypercharger en glycogène, je me couche tôt et ne m'endors pas, beaucoup trop attentif aux messages que m'envoie mon corps.


Pourtant, qu'est-ce que je me réjouis de ce jour ! J'ai acheté mon dossard le 3 septembre, jour de leur mise en vente. Je connais presque l'intégralité du parcours, l'ayant arpenté durant mes séjours parisiens. De plus, le plan du parcours fourni par un magazine de CàP trône en bonne place sur les murs de ma cuisine, afin que je puisse mémoriser le parcours, le visualiser, me rappeler où sont les ravitaillements.


Nerveux, comme avant ma première boum, je me trouve lamentable parfois, je m'insulte quand personne ne m'écoute, je me pompoculthérapeutise (néologisme appris sur Kikourou), j'imagine des stratégies du genre : Et si je ne mettais pas ma casquette rouge Epitaphe, je passerais inaperçu, non ?


42,195 km, c'est long, très long... Pendant, je ne sais pas encore, mais avant, c'est long !

Voir les 6 commentaires

MDP, se recadrer...

Par Epytafe - 19-03-2008 17:23:33 - 5 commentaires

 

Voilà, moins de 3 semaines avant ma prochaine visite dans la capitale, 3 semaines avant de me confronter à la distance, cette distance mythique, ce chiffre de 42,195 que je connais depuis tout petit, mon entourage considérant que ça faisait partie de la culture générale.

Sortie douloureuse vendredi soir. Après 3 kilomètres une douleur sourde, lancinante me taraude les mollets. Je force, un peu, puis je me rappelle l´année passée, en mars, même situation, j´avais forcé aussi. Résultat, une contracture de mollet, une jambe que je n´ai pas réussi à tendre pendant 3 jours. Tant pis, j´abandonne, je ne peux pas prendre le risque de me blesser maintenant.

4 jours de repos totals, grosse découpe dans ma préparation, dans mon plan. Mes jambes me font mal, dans les escaliers, dans les montées de quelques ridicules mètres, je crains de ne pouvoir m´aligner au départ. Je mange des bananes, fait une cure de magnésium conseillée par la charmante pharmacienne que je croise parfois au détour d´un sapin, occupée à la même activité que moi. Elle est pharmacienne, elle doit savoir, non ?

Hier, je repars, ma sortie longue annulée de dimanche aura lieu mardi, tant pis. 2 heures 30, en endurance uniquement, 23 kilomètres bien laborieux. Les 3 derniers je me bousille le dos tellement je suis raide, plus aucune souplesse dans la foulée. Je rentre, stretch, jusqu´à que ça fasse mal. Pas trop mauvaise nuit.

Depuis mon semi de Paris qui a tant fait rire les lecteurs de mon CR, je n´ai toujours pas récupérer tout mon jus, je m´inquiète un peu, recadre mes objectifs. Mon fantasme secret du moins de 4 heures est abandonné au profit de mon seul objectif restant, terminer !

Mon poids aussi, je comptais perdre du poids pendant cette prépa, j´en ai perdu, moins que prévu, moins qu´espéré. De grands changements dans ma vie personnelle, des horaires de travail totalement irréguliers, une alimentation difficile à gérer.

MDP, plus tu approches, plus tu me fais peur. Parfois, avant de m´endormir je joue à visualiser le parcours (je connais un peu Paris), et, si le sommeil me prend au milieu de mon petit exercice mental, je rêve, je rêve d´une porte de pilatus porter ouverte, je retrouve mes sensations d´apprenti parachustiste qui doit gérer la chute libre, et surtout l´angoisse devant ce vide immense dans lequel, insensé, je me lance.

La jonction impossible entre l´endurance et les sensations fortes, extrêmes, réalisée dans mon esprit. C´est aussi peut-être ça le MDP finalement.

Epitaphe

Voir les 5 commentaires

En attendant le bus.

Par Epytafe - 13-03-2008 22:56:28 - 3 commentaires

Il y a 2 jours, j´attends le bus, sous une pluie battante. Réfugié sous l´abri avec deux petites dames, bien âgées que j´entends plus que je n´écoute, d´une oreille discrète et distraite. Elles se plaignent semble-t-il, de leurs maladies, de leurs corps qui deviennent de plus en plus douloureux, de moins en moins réceptifs aux solicitations. viens le sujet du sport :

- De plus, ma Chère, je n´ai jamais été sportive, alors ce n´est pas à septante (soixante-dix ) ans que je vais commencer !

- Moi non plus très Chère, jamais de sport. Mais il y a les petits enfants qui me tiennent actives, ils sont tellement vifs.

- Pas pour moi.

- Vous n´en avez pas ? Quelle tristesse !

- Oui, j´en ai, sept, mais "je ne suis pas enfants" moi.

- Non ? Et pourquoi donc ?

- Pfff, on ne peut même pas parler littérature avec ces trucs (oui, elle a bien dit ces trucs...), ils ne m´intéressent pas.

Adorable ces petites dames, ne trouvez-vous pas ? Cette dernière réplique a illuminé ma journée.

Voir les 3 commentaires

Dure reprise !

Par Epytafe - 06-03-2008 17:00:58 - 2 commentaires

De la motiv´ please !

Petit coup de Baby blues après le Semi-MDP. Première sortie post-semi mardi. Du fractionné au menu et je ne fais que la moitié des répétitions. Mes muscles sont extrêmement douloureux, je ne sais pas exactement pourquoi, mais je pense que ce sont les restes du semi « post-gastro », peut-être que la maladie a généré un manque sérieux de glycogène ? Et que celui-ci occasionne des douleurs ? Encore un bon sujet de recherche pour les jours de grands ennuis professionnels...

Le lendemain, une sortie de 45´ en endu était prévue, impossible de me sortir du lit, je flotte dans un espèce de marasme ou la démotivation est reine, démotivation secondée par une vague satisfaction d\'avoir bouclé ce semi. Suis-je si minimaliste ?

Rappelle-toi Epitaphe, le semi n´est qu´une sortie longue, parisienne certes, une sortie qui change de ton quotidien, de tes rives lémaniques mais une sortie longue.

\"Sortie

Sortie lémanique

De la motivation, please, Help !

Ce soir, sortie de 75 min ! Je vais y aller ! J'y crois !

Voir les 2 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 176049 visites