Week-end non sportif...
Epytafe

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Week-end non sportif...

Par Epytafe - 18-06-2008 14:30:21 - 8 commentaires

On devrait être tout le temps sportif, on devrait... Parfois, on se laisse un peu aller... La Culture, c'est nécessaire aussi...

 

Ce week-end, nous sommes allés à Boveresse, à la fête de l’Absinthe. Ce fut une dure journée, à peine arrivés, d’aimables commerçants nous invitaient à déguster leur breuvage, que dis-je, leurs féeriques élixirs à la réputation sulfureuse. Muse pour certain, source de folies pour d’autres, l’Absinthe qui doit une bonne partie de sa gloire à la France, aux artistes parisiens, au coup de pistolet que Verlaine tira sur Rimbaud est originaire du Val-de-Travers, et c’est à sa source que nous allons la fêter, que nous allons la déguster voire nous en abreuver.

 

C’est une rebouteuse suisse, la mythique mère Henriot, qui amena l’Absinthe dans la Val-de-Travers, à Couvet pour être précis. L’Absinthe y était utilisée comme panacée, elle soignait de nombreux maux avec cet élixir. Flairant un potentiel commercial, Daniel Henri Dubied ouvre, aidé de son gendre Henri Louis Pernod la première distillerie d’Absinthe à Couvet en 1798, après avoir acheté la recette de la bienfaisante mère Henriot. En 1805, Henri Louis Pernod ouvre sa propre distillerie à Pontarlier. Prise de distance avec son beau-père ou raison fiscale, les explications varient.

 

Jusqu’en 1830, l’Absinthe reste une boisson consommée localement, des deux côtés de la frontière. La popularité de l’Absinthe explose suite à la colonisation de l’Algérie. En effet, les officiers conseillent aux soldats d’allonger leur eau de quelques gouttes d’Absinthe pour éviter la dysenterie. A leur retour au pays, ils garderont cette belle habitude. La consommation explose donc et les recettes les plus étranges circulent, les plus étranges mais pas toujours les meilleures. Pendant ce temps, le petit village de Boveresse qui n’a connu qu’une seule distillerie, s’enrichit singulièrement car une plante y est cultivée, une plante qui pousse partout mais dont la provenance de Boveresse assure une qualité à nulle autre pareille, l’Absinthe.

 

En 1905, Jean Lanfray, habitant et ivrogne notoire de Commugny en Suisse, massacre toute sa famille après avoir absorbé des quantités impressionnantes de vin blanc. Il semble que les notables de Commugny, village viticole, effrayés par la puissance politique des ligues de tempérance (croix bleue) aient transformés ce crime d’alcoolisme en crime d’absinthisme pour sauver l’économie locale. Le mal est fait, une initiative est lancée débouchant sur la votation du 5 juillet 1908, refusée par seulement 2 cantons, Neuchâtel et Genève (rappelons que le canton du Jura n’existait pas en 1908), débouchant sur l’interdiction du 7 octobre 1910. Petite spécificité suisse, l’interdiction de l’Absinthe sera constitutionnelle…

 

En 2000, le peuple accepte la révision de la constitution suisse, nouvelle constitution dans laquelle l’interdiction de l’Absinthe est absente, mais son interdiction reste dans la loi sur les denrées alimentaires, elle ne sera levée que le premier mars 2005. Geste symbolique que la confédération offre aux Val-de-Travers, le premier mars étant la date d’entrée du canton de Neuchâtel et donc du Val-de-Travers dans la confédération Suisse. Heureusement, la résistance n’a jamais cessée et quantités de distillateurs clandestins ont perpétué la tradition, distillant au cœur de la nuit, sous les effluves de pneus brûlés afin de masquer les odeurs aux pandores, payant parfois au prix fort le respect de la tradition, merci à eux.

 

La nuit à Boveresse sera longue, longue et belle, pleines de rencontres, tel ce producteur qui me raconte les condamnations de son père, distillateur clandestin du temps de la prohibition, fier de son Val, de ses légendes qu’il distille bien plus lentement et farouchement que son élixir. Le lendemain, c’est à un autre élixir que nous ferons appel, au café, au café et au café...


Billet précédent: JO autre vision...
Billet suivant: Vive la Suisse

8 commentaires

Commentaire de Jihem posté le 18-06-2008 à 14:57:13

Je me ferais bien un off culturel moi !!! Et on mange quoi avec ?

Commentaire de Zeb posté le 18-06-2008 à 17:07:41

Ca sent la nouvelle confrérie ça, non ?

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 18-06-2008 à 17:31:26

On peut courir avec de l'absinthe dans le bide ?

Commentaire de shunga posté le 18-06-2008 à 21:00:31

L'absinthe c'est bon pour tout ^^ Fin dans la limite respectable je suppose, et du contenu. Je ne crois pas que cela se boive en canette ??? Très intéressant tout ça Frère Tuck. Je vote aussi pour la confrérie et pour un off tour de suisse comme presque convenu. Il fera moins le malin le lutin avec son île quand il verra les marmottes.

Commentaire de shunga posté le 18-06-2008 à 21:02:45

L'absinthe c'est bon pour tout ^^ Fin dans la limite respectable je suppose, et du contenu. Je ne crois pas que cela se boive en canette ??? Très intéressant tout ça Frère Tuck. Je vote aussi pour la confrérie et pour un off tour de suisse comme presque convenu. Il fera moins le malin le lutin avec son île quand il verra les marmottes.

Commentaire de Mustang posté le 18-06-2008 à 22:54:21

Dans le doute, absinthe-toi? Non ?? euh............!

Commentaire de grandware posté le 21-06-2008 à 00:17:13

Cette manie de vouloir tout le temps courir...

Commentaire de kikidrome posté le 26-09-2008 à 17:51:42

A Pontarlier, de l'autre côté de la Frontière, on peut maintenant en acheter une version autorisée par la loi et ma foi, elle n'est pas mauvaise du tout...
Ce qui est sympa, c'est de sortir la fontaine à absinthe lors de l'apéro.
Si un jour des kikous viennent faire une pasta party chez moi, je vous ferai découvriri çà !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 197335 visites